Il a monté Delux Agency à Brisbane!

Jeremy Mazeau est un jeune entrepreneur expatrié en Australie depuis un peu plus d’un an et demi. Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane Il a monté Delux Agency une agence d’évènementiel et nous raconte son parcours.

My Little Big Trip : Comment en es-tu arrivé à monter ton entreprise à Brisbane ?

Jeremy : Si je suis arrivé à Brisbane, c’est un peu par hasard. Je suis venu après mon école de commerce pour travailler mon anglais. Quelques jours avant la fin de mon visa, je me suis dit que j’allais rester et m’installer en Australie.

MLBT : Comment as-tu eu l’idée de monter ton entreprise ?

Jeremy : J’ai toujours été attiré par le milieu entrepreneurial. Je voulais lancer quelque chose qui répondait à un besoin. J’ai constaté que Brisbane était une ville assez calme en semaine. Il faut savoir que lorsque j’étais en France, je m’occupais des relations publiques pour le Queen, à Paris, je connais donc bien le milieu de l’évènementiel. Je me suis rendu compte que je pouvais proposer un grand nombre d’activités aux 25-40 ans qui sont un peu délaissés en termes d’activités disponibles.

En plus de cela  je me suis également rendu compte que pour organiser un événement, les australiens appelaient un bon nombre prestataires ! J’ai donc lancé mon agence d’évènementiel qui s’appelle Delux Agency.

Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - BrisbaneMLBT : Quelle est ta cible ?

Jeremy : On veut toucher les particuliers et les entreprises avec des formules clefs en main, c’est-à-dire qu’on gère tout l’événement de A à Z. Nous visons aussi les clubs.  Avec mes contacts, je peux faire venir des DJ européens et organiser une tournée. Je lance aussi le concept des afterworks parce que ca n’existe pas à Brisbane. Depuis 2 mois, je rencontre des directeurs d’établissements pour leur proposer ce concept mais c’est très dur.

MLBT : Pourquoi ?

Jeremy : J’ai constaté que les australiens n’avaient pas l’habitude du changement. Ils n’ont pas forcément confiance quand on leur montre les gains potentiels avec une formule qu’ils ne connaissent pas. Globalement, en termes de clubbing et de soirées, j’ai l’impression de déplacer des montagnes pour pouvoir proposer de nouvelles choses aux locaux. J’ai aussi envie de montrer qu’il y a différentes façons de s’amuser en dehors de boire jusqu’à plus soif et d’aller se coucher à 1h.

MLBT : Comment faut-il faire pour se faire un réseau à Brisbane ?Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane

Jeremy : Que ce soit pour trouver du travail ou monter son entreprise, ce n’est pas facile de se faire un réseau. A Brisbane, les gens se protègent beaucoup. Ils favorisent énormément les australiens.

Sinon, il y a certains secteurs d’activités qui sont plus ou moins « occupés » par une nationalité. Je m’explique, on retrouve beaucoup de français en restauration et d’indiens dans l’informatique. Pour tout ce qui est marketing, commercial et communication c’est vraiment bouché à Brisbane. Par contre, si tu as un métier technique, tu peux être très bien payé.

MLBT : Est-ce qu’il y a une solidarité entre français ?

Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane - Bons plans AustralieJeremy : Pour moi, il y a deux catégories de français en Australie. Il y a ceux qui sont là sur du long terme et ceux qui sont là sur du court terme. Je pense que quand tu prends la décision de t’installer pour longtemps, tu passes une étape et tu t’impliques vraiment. Ici tu te rends compte que le réseau est la priorité, tu changes donc ton comportement et tu t’ouvres beaucoup plus.

Nous on est une dizaine d’amis français à être là depuis un an et demi. Donc dès qu’on entend parler de quelque chose, on se tient au courant des bons plans.

MLBT : Quand tu dis qu’il y a beaucoup de concurrence tu penses à quelle nationalité ?

Jeremy : De ma vision je dirais que le top 3 correspond aux brésiliens, aux colombiens, et aux français. Il y a bien sûr aussi la concurrence asiatique.

MLBT : Quel est le profil des français qui viennent à Brisbane ?Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane - Backpackers

Jeremy : Déjà, il y a beaucoup de backpackers. En général ils viennent pendant 1 ou 2 mois, font des petits jobs et repartent. Par contre, les français qui viennent pour monter une entreprise sont peu nombreux. Rares sont ceux qui se lancent dans l’entrepreneuriat.

MLBT : Comment as-tu fait concernant les visas ?

Jeremy: J’ai commencé par prendre un Working Holidays Visa et j’ai enchainé avec un visa étudiant. Actuellement, mon problème est de choisir mon prochain visa. Soit j’arrive à faire un visa business qui dépendra de l’évolution de mon entreprise.  Soit je peux essayer mon entreprise comme un outil de recrutement pour me faire connaître et demander un sponsorship (= demande de sponsor pour obtenir un visa via une entreprise)

Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane - PVTMLBT : Comment tu vas faire à l’issue de ton visa actuel ?

Jeremy : J’ai encore 3 mois et après  je peux reprendre un visa étudiant. J’ai trouvé une école qui me permet de faire1 jour de cours par semaine. Bien sûr ça reste une situation précaire donc  il faut que je me fixe une limite. Si je ne peux pas vivre de mes revenus d’entreprise dans 1 an, j’arrête.

MLBT : Comment fais-tu pour vivre en attendant ?

Jeremy : Je travaille aussi dans la construction une partie de la journée. En fonction de ce que je gagne grâce à mon entreprise, j’ajuste mon temps de travail en construction.

MLBT : Comment te protèges-tu de la concurrence ? Aujourd’hui n’importe quel australien peut copier ton business s’il le Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane - Concurrencesouhaite.

Jeremy : En gardant mes petits secrets (rires). Je me protège de la concurrence en ne dévoilant pas tout à mes prospects. Aujourd’hui, quand j’aborde un client potentiel, je lui fais comprendre qu’il y a plein de choses à faire auxquelles il n’a pas pensé mais je ne lui donne pas le détail. Ils ont donc toujours besoin de moi.

MLBT : Quelles sont les procédures à faire pour monter son entreprise en Australie ?

Jeremy : Pour le moment mon entreprise c’est un ABN, je compte la faire migrer par la suite si ça marche.

MLBT : Mais tu as un visa étudiant actuellement, ça ne pose pas de problèmes ?

Jeremy : Créer un ABN est tout à fait légal. Je me suis fait accompagner à l’aide d’un site qui s’appelle ABN registration. Ça m’a pris seulement ¼ d’heure. Ensuite, il faut déposer ton nom d’entreprise et voilà. Moi j’ai tout fait moi-même, du site web au business plan.

MLBT : Le fait que tu sois étranger ne pose pas de problème aux banques ou à tes futurs clients ?

Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane - NegociationJeremy : J’ai toujours pris les devants par rapport à cela en privilégiant les rencontres en face à face. Finalement, tu te rends compte que les gens te comprennent très rapidement quand il est question d’argent. J’ai beaucoup travaillé sur mon discours et je voyais que les gens devant moi étaient conquis. Le but était surtout de leur montrer je ne suis pas un simple étudiant mais un jeune professionnel qui sait où il va.

MLBT : Depuis que nous sommes arrivés, nous avons l’impression que les australiens ne sont pas vraiment à fond sur la recherche de nouvelles opportunités…

Jeremy : C’est vrai. Dans la société de construction dont je parlais, je vois qu’ils pourraient faire pleins d’autres choses pour grandir. Mais ils ne voient pas l’intérêt parce qu’ils n’en n’ont pas besoin. Ils ont déjà 2 maisons et plusieurs voitures et ils ont tout ce qu’il leur faut.

C’est quelque chose que j’ai aussi ressenti auprès de mes clients potentiels.Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane

MLBT : As-tu as un exemple ?

Jeremy : Par exemple, ici, le patron d’un club préfèrera laisser son club fermé un jeudi soir que d’ouvrir pour tenter de nouvelles et augmenter son chiffre d’affaires. La dernière fois, je suis allé voir un bar qui a une capacité de 1500 personnes. On était jeudi soir, il y avait seulement 10 couples qui prenaient un verre. Je lui ai montré tout ce qu’il pourrait faire pour ramener plus de personnes. Il était intéressé mais sans plus. En France, on m’aurait rappelé dans la soirée.

MLBT : Comment peux-tu les motiver si l’argent ne les motive pas ?

Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane Jeremy : Ils fonctionnent à la fierté. Si je veux les motiver, je leur dis qu’ils seront les premiers à faire tel ou tel évènement et que ça leur donnera un côté exceptionnel. Ils aiment aussi le challenge.  Ça dépend bien sûr à qui tu parles. Mais il ne faut pas oublier que Brisbane est une petite ville. C’est très différent  de Sydney et Melbourne où il y a vraiment une énergie.

MLBT : Pourquoi Brisbane alors ?

Jeremy : Au début, je ne pensais pas particulièrement rester. J’aime cette ville parce qu’elle est petite et parce qu’on peut tout faire à pied. En plus, c’est une ville qui connaît boom économique, ça construit de partout! Je suis resté parce que mon pari est que ça va vraiment évoluer et j’ai envie d’être là dès le début.

MLBT : As-tu eu des désillusions lorsque tu es arrivé ? On a l’impression que les gens ont une image faussée de l’Australie…

Jeremy: Je suis complétement d’accord. J’ai un ami qui est venu. Il n’avait pas beaucoup d’économies. Je l’ai prévenu que l’argent partait trèsEntreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane - Budget vite ici. Il m’a dit : « ne t’inquiètes pas, je vais trouver un travail très facilement ». Au bout de deux semaines il est rentré, il n’avait plus un sou. Ce n’est pas un eldorado l’Australie. Si tu arrives seul et que tu n’as pas de réseau ce n’est pas facile. Il y a des milliers de personnes qui arrivent comme toi et qui postulent comme toi.

MLBT : Quelle image ont les gens de l’Australie quand ils arrivent ?

Jeremy : Il y a beaucoup de personnes qui viennent pour s’amuser, faire la fête, sortir. En général ils ont entre 18 et 25 ans. Ils alternent entre le travail et le voyage. J’ai aussi rencontré quelques personnes qui avaient 30 ans et qui ont tout plaqué pour commencer une nouvelle vie en Australie.

MLBT : Ont-ils réussi à s’expatrier définitivement en Austraie?

Jeremy : Le facteur chance joue beaucoup. Je connais un mec qui a parlé pendant 2h avec un australien quand il était au spa. Quand il est sorti, l’australien lui a donné rendez-vous dans son bureau le lundi matin pour un job. Là, il a peut-être un sponsorship.

Entreprendre en Australie - Jeremy Mazeau - Delux Agency - Brisbane Après je connais aussi des gens qui s’en sortent bien mais ils travaillent beaucoup. Ce sont des boulangers, ils bossent 60h par semaine et gagnent 900 à 1000 $ par semaine. D’autres sont en marketing et gagnent environ 2300 $ par mois. Par rapport à l’échelle des salaires, j’ai constaté qu’en dessous de 1000 $ tu survis, entre 1000 et 2000$ tu vis et au-dessus de 2000$ c’est confortable.

MLBT : Quel conseil donnerais-tu à nos lecteurs ?

Jeremy : Je pense qu’il faut impérativement avoir des économies de côté. Il faut pouvoir vivre au moins 1 mois en Australie sans travailler. Pour cela il faut compter 3000 et 4000 euros le temps de trouver un emploi. Les premières dépenses sont le logement, le téléphone, le transport et la nourriture. Avec cette somme tu seras tranquille pour vivre 1 mois et demi environ. Si tu n’as pas un très bon niveau d’anglais, il FAUT prendre des cours ! Tout le monde le fait. En plus, les entretiens d’embauche se font maintenant en groupe donc si ton niveau d’anglais est faible tu ne peux pas te différencier. Ça te permet aussi de commencer à te faire un réseau.

      Maxence Pezzetta

Category: Entrepreneurs
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.
4 Responses
  1. Vinzia says:

    Bonjour Jeremy !

    Vraiment super ton projet, je ne sais pas trop comment en savoir plus, mais je serais ravie de voir comment ça tourne pour toi maintenant, en cette fin de moi de juillet.
    Par ailleurs, j’ai également un projet en finissions que j’aimerais mettre en place à l’Est de l’Australie d’ici Octobre 2015. Pas du même ordre ni de la même ampleur, mais les même questions se posent pour moi aujourd’hui. Aurais tu par hasard quelques minutes dans cette vie que tu mène pour m’aider ou me guider sur quelques questionnements?
    Voilà, j’ai cherché des gens comme toi, mais il y en a peu et même si la solitude m’attends, un petit coup de pouce serait vraiment le bien venu.
    En attendant de tes nouvelles si elles arrivent, je te souhaite courage et succès pour ton affaire.

    Margaux Vinzia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>